Archives pour la catégorie « Démocratie »

Plus de 120 millions d’Européens au bord de la pauvreté

  • Par Damien Durand
  • Mis à jour
  • Publié
Plus de 8 millions de personnes vivent en France sous le seuil de pauvreté.

VIDÉO – Signe d’une crise et d’une situation qui ne s’améliore guère, 123 millions d’Européens pourraient rapidement basculer dans la pauvreté, selon un rapport du groupement d’ONG, Oxfam. Parmi eux, onze millions de Français.

123 millions: c’est selon le groupement d’ONG Oxfam, le nombre d’Européens «exposés au risque de pauvreté». C’est la conclusion d’un rapport publié par l’organisation qui estime le nombre de personnes qui, sans être statistiquement pauvres, ont un risque réel de basculer rapidement en-dessous de leur seuil national. Pour rappel, en France, le seuil de pauvreté défini par l’Insee correspond à 60% du revenu médian, soit 977 euros pour 2015. Plus de 8 millions de Français vivent en-dessous de ce seuil.

Et si l’Oxfam tire la sonnette d’alarme sur le nombre, c’est surtout la tendance à la hausse du nombre de personnes flirtant avec la ligne rouge qui inquiète le plus, le chiffre n’était en effet «que» de 116 millions en 2008. Entre 2009 et 2013, plusieurs pays majeurs de l’Union européenne (notamment l’Italie et le Royaume-Uni, mais aussi la Hongrie et bien sûr la Grèce) ont ainsi connu une croissance de 5% de ce chiffre. En France, on compte 11 millions de personnes sur le point de basculer dans la pauvreté, soit 9% du total européen. L’Hexagone n’a jamais réussi à réduire ce chiffre depuis dix ans, quel que soit son contexte de croissance.

Fiscalité peu redistributive

Mais le rapport ne se limite pas qu’au chiffrage de la population proche de la situation de pauvreté. Le groupement d’ONG souligne ce qui est, selon elle, la source de cette situation: l’accroissement des inégalités dans la détention des richesses. Ainsi, souligne le rapport, les 1% des plus riches européens possède environ un tiers de la richesse totale, alors que les 40% les plus modestes, ne détiennent que… 1%. Autrement dit, selon les chiffres de l’Oxfam, 7 millions d’Européens aisés sont aussi riches que 662 millions d’autres.

Le rapport souligne les causes de cette situation en citant notamment l’austérité, qui fait peser l’effort d’amélioration des comptes publics sur les plus modestes, et l’évasion fiscale qui diminue nécessairement le montant des redistributions possibles. Le groupe d’ONG dénonce aussi des choix politiques biaisés, le rapport n’hésitant pas à avancer que «les régimes fiscaux et les politiques des États sont conçus pour profiter à une minorité».

Pour l’Oxfam, en effet, ces chiffres démontrent des orientations fiscales peu performantes et un manque de pertinence des systèmes fiscaux dans de nombreux pays d’Europe, jugés peu redistributifs. Un reproche qui peu d’ailleurs être fait à la France, confirme au Figaro Philippe Crevel, économiste et secrétaire général du Cercle de l’Épargne: «La principale recette fiscale française, c’est la TVAqui n’est pas redistributive, certaines analystes prétendent qu’elle a même l’effet inverse, et dont le poids est bien supérieur à l’impôt sur le revenu. Côté cotisation, on peut citer la CSG qui, hormis les minima sociaux et certaines retraites, n’est pas non plus progressive». Mais la France a un atout pour parer à sa limite fiscale: sa politique de redistribution via des prestations sociales. «Elles représentent tout de même 3% du PIB, et peuvent changer la donne du côté des écarts de revenus. D’ailleurs la France à un rapport de richesses entre le décile le plus élevé et le décile le plus bas parmi les plus faible en Europe». De quoi tempérer les limites de la fiscalité, mais pas de réduire réellement les craintes d’un appauvrissement.

http://bcove.me/uq6yb5un

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Autriche : fraude confirmée à l’élection présidentielle

Chard Autriche

C’est donc possible, on le savait. Et ce sera possible en France aussi, évidemment, cette grande démocratie où le peuple est censé décider de ses représentants : la fraude massive lors du vote de l’élection présidentielle en Autriche le 22 mai se confirme.

Après avoir longtemps hésité à faire appel des résultats, le FPÖ a enfin décidé de contester devant la Cour constitutionnelle la victoire du candidat de l’oligarchie, l’écolo-gauchiste Van der Bellen. Lors d’un second tour que la France et l’Europe entière ont suivi avec passion, ce dernier l’a officiellement emporté de justesse, à 50,3 % des suffrages contre 49,7 pour le candidat populiste de droite, soit moins d’un point de pourcentage.

Mercredi, le président du FPÖ, Heinz-Christian Strache, a soumis un rapport de 150 pages à la Cour constitutionnelle, affirmant avoir découvert de « nombreuses irrégularités et dysfonctionnements » lors du décompte des votes. La plainte la plus importante tourne autour du dépouillement des votes par correspondance. Des irrégularités ou fraudes ont été relevées dans 94 des 117 bureaux de vote régionaux. Dans 82 bureaux, au moins 573 000 bulletins ont été dépouillés ou comptés avant que les représentants de la commission électorale ne soient sur place pour surveiller le processus. Près de 2 000 votes ont également été rejetés pour des violations plus graves, notamment des adolescents non encore en âge de voter qui se sont rendus aux urnes…

Avec le slogan de campagne « l’Autriche d’abord », Hofer et le FPÖ ont porté la forte opposition d’une partie du pays contre le multiculturalisme forcé, la mondialisation et l’immigration de masse, mais aussi sa colère et son inquiétude devant la façon dont les partis au pouvoir gèrent l’invasion migratoire.

La contestation officielle pourrait conduire au moins à un recomptage partiel.Pour cela, le tribunal doit constater que la loi a été violée et que la violation a pu influer sur le résultat final de l’élection.

Nous devrons nous aussi être très attentifs à ce qui se passera chez nous dans moins d’un an. Manuel Valls ayant donné le ton en déclarant qu’il était « prêt à tout pour faire barrage au Front national ».

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent n° 8627 daté du 11 juin 2016

Et là on nous expliques tranquillement que oui c’est possible de truquer les élections, l’ avantage c’est que les lanceurs d’alerte ne sont pas mis en danger .. lol

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail